Peut-on continuer à se teindre les cheveux quand on est enceinte ?

Coloration : est-ce possible pour une femme enceinte ?

Quand elles tombent enceintes, les futures mamans commencent à se poser de nombreuses questions sur leur santé et leur mode de vie, car d’une part elles sont plus sensibles et fragiles durant cette période, et d’autre part elles ont conscience que leur mode de vie a une influence sur la santé de leur bébé.

Ceci est particulièrement exploité par la filière cosmétique, qui a tendance à surfer sur la « Green wave », en promettant notamment des produits capillaires adaptés à la grossesse.

Dans cet article, nous vous aidons à comprendre l’influence des cosmétiques sur la santé de la mère et de l’enfant, tout en vous donnant quelques clés pour choisir le meilleur dans la pléthore de produits disponibles sur le marché.

Grossesse et coloration des cheveux

Le mode de vie de la femme : primordial pour la santé du bébé

Des liens permanents entre la femme enceinte et son bébé

Par le biais du placenta, qui se développe essentiellement pendant les 3 premiers mois de grossesse, de très nombreuses connexions se créent entre les systèmes sanguins de la mère et de l’embryon. C’est à leur niveau que se font les échanges mère-enfant, sans que les 2 sangs ne soient mélangés.

Via son sang, la mère transmet ainsi anticorps, oxygène, eau et nutriments au bébé, qui lui renvoie en retour du gaz carbonique et des déchets.

Les échanges sont donc permanents entre la mère et l’enfant. Si elle lui transmet de « bonnes » choses, la mère peut aussi être vecteur de maladies ou de substances indésirables (médicaments, pollutions, etc.).

Ecographie femme enceinte

Adapter son mode de vie à la grossesse

Dès le début de leur grossesse, de nombreuses femmes entreprennent un inventaire de leurs habitudes de vie, afin d’éliminer ou de transformer certaines habitudes potentiellement néfastes pour le développement du bébé (alimentation, tabac, sport, stress, sommeil, médicaments etc.).

Le premier trimestre est la période où les organes du fœtus se forment, et c’est donc à ce moment qu’il est le plus sensible. Durant cette période, la femme devra donc faire particulièrement attention à son hygiène de vie.

mode de vie et chute des cheveux

Les cosmétiques et produits de beauté

Parce que la plupart sont appliqués sur la peau, les cosmétiques entrent en contact étroit avec notre corps. A l’usage, si de nombreuses substances restent « en surface » et ne passent pas la barrière cutanée, quelques-unes y arrivent cependant. Une fois qu’elle est franchie, ces substances se diffusent dans des couches plus profondes de l’épiderme puis du derme, et peuvent aussi être absorbées par les capillaires sanguins, rejoignant ainsi la circulation sanguine.

C’est notamment le cas pour de nombreuses molécules thérapeutiques (médicaments en gel à application cutanée par exemple), mais aussi pour certains ingrédients utilisés dans les cosmétiques. Pour la future maman, il faut donc faire attention aux cosmétiques qu’elle utilise, et vérifier qu’ils sont compatibles avec la grossesse.

Cosmétiques bio ou dits "naturels" : quelles différences ?

Coloration capillaire : que choisir lorsqu’on est enceinte ?

Les conseils du corps médical

Le sujet des colorations capillaires fait l’objet d’un débat intense au sein de la communauté scientifique. Des doutes subsistent encore quant aux liens entre coloration capillaire chimique et maladies chroniques chez l’adulte. En revanche, une large part de la communauté scientifique semble s’accorder sur les risques encourus au moment de la grossesse. Plusieurs études scientifiques internationales mettent en évidence les risques de malformations, tumeurs etc. pour le fœtus, si la future maman se teint les cheveux avec des colorations classiques.

La situation est contrastée selon les pays. Au Danemark, le corps médical déconseille par exemple systématiquement les colorations chimiques aux femmes enceintes.

En France, même s’il n’existe pas de contre-indication officielle à l’heure actuelle, de plus en plus de gynécologues déconseillent l’usage de la coloration d’oxydation durant la grossesse, et notamment durant le premier trimestre. Et la plupart des médecins conseillent en tous cas d’espacer au maximum les colorations durant la période prénatale.

Le Ministère de la Santé et Santé Publique France déconseillent ainsi l’usage de colorations contenant des substances chimiques durant la grossesse et l’allaitement. Sur le site de Santé Publique France, on peut même passer en revue les produits de sa salle de bain (et de chaque pièce de la maison) et voir des conseils d’achat et d’utilisation pour chaque produit, des colorations aux savons en passant par les médicaments. Pour Santé Publique France, les colorations capillaires sont à éviter car « certains produits peuvent contenir des perturbateurs endocriniens suspectés, des allergènes ou des additifs nocifs ».

Dans tous les cas, les médecins sont de plus en plus nombreux à mettre en doute l’innocuité des colorations d’oxydation et à conseiller l’utilisation de méthodes plus douces, ne serait-ce que par respect du principe de précaution.

Coloration chimique
Coloration chimique et coloration naturelle : quelles différences ?

Les risques et inconnues liées aux colorations classiques

Si vous êtes enceinte, commencez par en informer votre coiffeur, puis évoquez avec lui les solutions possibles.

Par leur principe d’action, les colorations chimiques pénètrent à l’intérieur du cheveu, et surtout du bulbe capillaire. C’est d’autant plus le cas pour les colorations effectuées sur les racines, et donc en contact direct avec le crâne et le cuir chevelu.

Le bulbe capillaire est en contact direct avec la circulation sanguine. Les produits contenus dans ce type de colorations peuvent donc pénétrer dans le corps de la femme enceinte, exposant ainsi potentiellement le bébé.

Or ces produits sont constitués d’un cocktail de substances de synthèses, dont certaines sont controversées (Paraphénylènediamine, Formaldéhyde, Ammoniaque, Résorcine, Parabène, Toluène etc.), voire fortement suspectées d’être des perturbateurs endocriniens. Bien que le sujet fasse encore débat au sein de la communauté scientifique, il semblerait que les colorations chimiques aient donc des effets délétères sur la santé.

Si vous attendez un enfant, mieux vaut donc éviter tous risques. Certains ingrédients sont suspectés d’être néfastes pour le bébé, et peuvent être responsables de malformations.

A minima, évitez ces produits durant le premier trimestre de grossesse. Cela dit, mieux vaut vous tourner vers quelque chose de plus adapté, et ce même avant la grossesse. D’ailleurs, ce conseil est aussi valable pour vos autres produits cosmétiques et capillaires.

Comment choisir un shampoing bio ?Nos coiffeurs bio partenaires
henne coloration naturelle

La coloration végétale : une alternative souvent proposée aux femmes enceintes

Si les professionnels de santé déconseillent de plus en plus aux femmes enceintes de continuer à se teindre avec des colorations « classiques », certains vont plus loin dans la démarche, en proposant notamment aux femmes d’opter pour les colorations végétales. En effet, par son principe d’action et sa composition, la coloration 100% végétale représente une véritable alternative pour les femmes attendant un enfant.

Nos colorations bio

Le reste de l'actu

Coloration 100% végétale Blond Kashmir, nos coiffeurs en parlent…
15 octobre 2020
Nicolas Jurnjack s’est formé à la coloration végétale chez Couleurs Gaïa
7 octobre 2020
EMBRUNS le spray salin bio effet plage Couleurs Gaïa
14 septembre 2020
Pourquoi nos cheveux changent pendant et après la grossesse
25 août 2020
Prendre soin de ses cheveux en été
15 juillet 2020

Social Wall